Inondations 2016

Le contexte local

Le bassin des Mauves n’avait jamais connu d’inondations. En effet le sol calcaire absorbe les pluies, et les nappes phréatiques superficielles sont plus ou moins hautes selon la pluviométrie.

Les Mauves sont une « rivière sources » : la nappe de Beauce alimente les sources qui constituent les rivières tout autour de la Beauce. Les Mauves sont un des exutoires de la nappe de Beauce.

Jusqu’à présent les Mauves n’avaient pas débordé, avec un débit maximum de 4 m3 par seconde, et un débit moyen de l’ordre de 1,4 m3 par seconde.

Le mois de mai 2016 a été particulièrement pluvieux et il est tombé fin mai en l’espace de deux jours de l’ordre de 150 mm d’eau, soit le quart des précipitations annuelles. Cette pluie continuelle n’a pas pu être absorbée par les nappes superficielles déjà hautes et pour la première fois l’eau est montée aussi bien autour du lit des Mauves que dans les cuvettes comme aux Caillots à Huisseau-sur-Mauves.

Selon les relevés de l’administration, le débit de la rivière a atteint début juin un maximum jamais vu de 12 m3 par seconde.

Les ponts et les moulins limitent le débit de la rivière. Elle est sorti de son lit et s’est répandue dans les rues avoisinantes, comme le montrent les photos. Le centre ville de Meung sur Loire a été inondé tout autour de la rue Jehan de Meung dans sa partie basse.

Malheureusement on sait que le phénomène se reproduira et qu’il est urgent de trouver des solutions locales. L’association Mauves Vivantes propose de participer à la recherche de ces solutions.

 

Le Contexte climatique général                                            

Le réchauffement climatique et les dérèglements climatiques sont maintenant incontestés et nous savons que ceux-ci sont dus à l’accumulation des gaz à effet de serre, accumulation due à l’activité humaine depuis le début de l’ère industrielle.

L’étude Explore, que l’on trouve sur le site du ministère (www.developpement-durable.gouv.fr), nous montre que nous devrons subir une augmentation des températures comprise entre 1,7° et 4,4° au cours des 50 années à venir. Comme l’a bien montré les travaux de la COP 21, cette augmentation sera maximum si nous n’arrivons à réduire nos émissions de gaz à effet de serre à l’échelle planétaire.

            Il s’agit aussi d’une modification radicale du régime des précipitations. L’étude prévoit une augmentation des pluies en hiver, avec des épisodes pluvieux intenses, et de fortes crues de la Loire.

            A contrario, l’étude prévoit des étiages plus sévères en été. Les précipitations estivales diminueraient de 20 %, alors que l’évapo-transpiration augmenterait du fait de la chaleur, accentuant les phénomènes de canicules, qui passeraient de 2 à 6 semaines (Périodes de fortes chaleur diurnes et nocturnes). La température moyenne annuelle de l’eau de la Loire augmenterait de 2°.

Nous devons donc nous préparer à des changements importants :

–           Ressource en eau dans les forages plus faible, avec ses conséquences pour la fourniture d’eau potable et pour l’irrigation, avec des déficits de l’eau pour l’agriculture.

–           Problèmes pour le refroidissement des centrales nucléaires en été.

–           La biodiversité qui n’arrive pas à s’adapter aux changements de climat trop rapides.

Pour limiter les dégâts, à chacun d’adopter un comportement citoyen afin de diminuer les émissions de gaz à effet de serre, et aux Etats de poursuivre les bonnes décisions prises lors du sommet de la COP 21 à Paris. Les conclusions visent un réchauffement limité à 1,5° à la fin du siècle. Mais nous savons qu’une augmentation limitée à 2° est indispensable et qu’elle sera déjà difficile à tenir.

            France Nature Environnement Centre-Val de Loire avait organisé, le 24 novembre 2015 à Orléans, une réunion publique d’information plus détaillée sur ces phénomènes, et en particulier sur les conflits d’usage à venir en région Centre-Val de Loire.

            L’urgence climatique est là. Mauves Vivantes, comme FNE, proposent donc à toutes les instances publiques et privées de s’engager à réduire fortement et rapidement leur consommation d’énergie, et leurs émissions de gaz à effet de serre. Et nous allons proposer aux familles de prendre des engagements à leur niveau. Ce sera l’opération « 10000 familles pour le climat«  en région Centre-Val de Loire.

Jean-Louis Posté

Document Nappe de Beauce

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les commentaires sont fermés.